Les dernières lignes droites du projet ConDÉ

Bientôt deux ans après le début du projet, en décembre 2018, nous nous apprêtons à franchir une étape déterminante : le lancement du site accueillant les transcriptions et l’enrichissement TAL d’une partie du corpus, l’occasion de revenir, en images, sur quelques une des avancées notables qu’ont permis son exploration et les nouvelles pistes issues de son parcours.

Un coup d’œil exclusif au site…

Le travail acharné de Morgane Pica,  notre ingénieure d’études, et des équipes de la MRSH de Caen, a permis d’avancer notablement sur l’intégration du corpus au sein du portail numérique de l’Université de Caen. L’encodage du corpus, et les choix faits lors de l’annotation en diachronie longue, ont été des étapes cruciales dans la préparation des textes mais permettent finalement un accès total aux différents aspects des textes. À terme, le site qui devrait reprendre la charte graphique et la présentation du projet EPELE, auquel Mathieu Goux, post-doctorant, avait collaboré jadis, autorisera un accès multiple aux textes :

  • Tout d’abord, via les fac-similés. Nous renverrons, grâce aux standards internationaux, aux base de données en ligne (notamment Gallica), qui nous permettront de synchroniser les images à la transcription que nous avons faite.
  • Ensuite, via la transcription diplomatique, au caractère et à la ligne près, que nous avons opérée et qui nous a permis de conserver la matérialité, souvent complexe, de ces documents du point de vue typo-dispositionnel.
  • Troisièmement, via une transcription modernisée, « au kilomètre », avec une graphie modernisée et en ignorant saut de lignes et saut de page, permettant une lecture facilitée sur écran.
  • Quatrièmement, via un enrichissement thématique, actuellement mise en place par Prune Decoux, ingénieure de recherche ayant remplacé Gwenaëlle Callemein, et qui permettra de naviguer dans les strates de citation, complexe, de ces coutumiers (nous renvoyons à la conférence que Mathieu Goux avait donné l’année dernière, et à l’article qui paraîtra bientôt à ce propos).
  • Dernièrement, par l’enrichissement linguistique opérée par Mathieu Goux, soit par la lemmatisation et l’étiquetage morpho-syntaxique des textes, qui permet une recherche par mots-clés et par structures syntaxiques.

Ces différentes vues permettront de véritablement proposer un panorama inédit, complet, de la Coutume de Normandie. Dans un premier temps, nous proposerons les textes allant des Observations de Terrien (1578) à la Coutume réformée de Pesnelle (1771). Au printemps, nous nous occuperons des derniers témoins de notre corpus, et notamment du Très Ancien Coutumier, du Grand Coutumier et du Rouillé, ainsi que les Ruines de la Coutume, un texte tardif expliquant la fortune de la Coutume de Normandie après l’établissement du code civil.

 

De nouvelles pistes de recherche en diachronie longue

Lors du séminaire d’octobre du GEHLF (Groupe d’Études en Histoire de la Langue Française), Mathieu Goux et Pierre Larrivée ont présenté le projet ConDÉ et ont partagé de nouvelles pistes stimulantes quant à leur étude sur l’évolution de la langue française. Elles se rajoutent aux nombreuses contributions scientifiques déjà produite par l’équipe et les chercheurs et chercheuses associées (et que l’on retrouvera ici [PDF]). Pour en citer quelques unes :

  • La fréquence du pronom-déterminant Lequel, qui subit une décroissance marquante de son emploi relatif, suit la diminution attendue mais au regard des dernières études effectuées par Goux (2019, Le pronom-déterminant relatif LEQUEL en français préclassique et classique, Paris, Garnier), la régression se manifeste quelques années auparavant, ce qui confirme l’idée que ces textes juridiques anticipent l’évolution observée dans les corpus littéraires et ce même si ledit décalage serait moins frappant que celui noté par Goux & Larrivée (2020).
Images 1 & 2. Évolution chronologique du relatif Lequel en français préclassique et classique dans Goux (2019) et dans le corpus ConDÉ. Le « pic » d’emploi se situe vers 1640 dans le premier cas, vers 1615 dans le second.
  • Des premiers sondages concernant la généralisation de la négation dite bitensive (ne… pas/point/plus etc.) semblent aller dans la même direction. Il manque cependant des études systématiques sur le sujet dans le corpus littéraire, le corpus ConDÉ permettant bien quant à lui de voir la « S-Curve » caractéristique du changement en diachronie. Une comparaison avec l’étude des corpus théâtraux de Grieve-Smith (2009, The Spread of Change in French Negation, lien), sur les verbes copules être et avoir et sur le factitif faire donne cependant une idée de l’évolution.
Images 3 & 4. Généralisation de la négation bitensive entre le 15e et le 18e siècle dans Grive-Smith (2009) et le corpus ConDÉ pour les verbes être, avoir et faire.
  • Les sondages laissent aussi apparaître des phénomènes de solidarités entre différents phénomènes, ce qui nous permet d’envisager de nouvelles hypothèses. Par exemple, Pierre Larrivée (2019) a observé qu’il y avait des relations de proportion entre les structures V2 (« verbe en seconde position ») et le taux de sujet impersonnel nuls, ce qui argue en faveur d’une évolution conjointe dans la saturation du sujet préverbal (Goux & Larrivée, 2020). Il en est de même avec la particule ou l’adverbe assertif si.
Images 5 & 6. Mise en regard d’évolutions parallèles du pourcentage de V2 avec les sujet impersonnels nuls (SIN) et les si initiaux dans le corpus ConDÉ

D’autres pistes sont explorées grâce aux avancées notables du corpus. Nous espérons rendre accessible, au moins de façon privative, le corpus dans le courant du mois de décembre (quel beau cadeau de noël !), ce qui permettra à l’ensemble de la communauté des chercheurs de travailler sur cette masse textuelle abondante et stimulante, ouvrant des perspectives nouvelles quant à notre connaissance, entre autres, de l’histoire de la langue française.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search