L’histoire de la langue sur le temps long – L’émergence du sujet obligatoire en français

Le projet ConDé s’intéresse à la coutume normande, étant donné l’importance unique de sa documentation. Celle-ci se déploie du 13e siècle à la fin du 18e siècle et au-delà, dans une riche série de sources. On peut ainsi apprécier l’évolution du droit et de la société sur le temps long, mais également celle de la langue française.

L’histoire du français s’appréhende à travers les différents phénomènes qui le constituent. Ce sont en particulier les phénomènes qui ont changé depuis le Serment de Strasbourg qui retiennent l’attention. Une évolution frappante, par laquelle le français se sépare et du latin et des autres langues romanes, est l’émergence du sujet obligatoire. On pouvait dire canto en latin, et on peut dire canto en italien, et cela signifie « je chante », sans avoir besoin d’exprimer le sujet ; ce n’est pas le cas en français actuel, et « chante » est un impératif s’adressant à l’interlocuteur, et non une déclaration de l’activité présente du locuteur, pour laquelle le sujet « je » est obligatoir e[1]. Comment est-on passé de l’expression optionnelle du sujet au sujet obligatoire en français ? C’est la question à laquelle un travail récent produit dans le cadre de ce projet tâche d’apporter des éléments de réponse. S’il n’a pu être présenté à cause du contexte sanitaire, l’article est publié dans les Actes en ligne du Congrès Mondial de Linguistique Française 2020 [2].

Il s’agit dans un premier temps d’avoir une idée de l’évolution globale du phénomène, sans s’arrêter à des cas particuliers ou atypiques. Après tout, on trouve des exemples de sujets non exprimés en français actuel, dans le registre soutenu (Peu me chaut) ou dans la pratique vernaculaire (Faut que j’y aille). Il s’agit alors de compter, dans un segment analysé, la proportion de phrases sans sujet exprimé au regard de celles sans sujet. De telles études sont fournies par Prévost (2015) ou de Marchello-Nizia (2018). Cependant, comme ces autrices utilisent un corpus hétérogène de sources souvent difficiles à dater et à localiser, les résultats livrent des courbes irrégulières, comme le montre le tableau suivant (fig.1) des chiffres de Prévost (2015).

Fig. 1. Fréquence (en %) de la non-expression de la première et troisième personnes sujet dans Prévost (2015)

Les proportions peuvent être comparées à celles des textes coutumiers analysés de la période ancienne, à l’instar de ce que nous avons faits dans notre publication. La différence est immédiatement visible (fig. 2) :

Fig. 2. Fréquence (en %) de la non-expression de la première personne sujet dans Prévost (2015) et Goux et Larrivée  (2020)

Ce qui frappe est évidemment le fait que les pourcentages sont beaucoup plus considérables dans les textes littéraires que dans les textes légaux. Concernant un changement dont on sait qu’il est arrivé à son terme, on est tenté de croire que les textes coutumiers sont plus près de ce qui se passe dans la langue ordinaire. Ce tableau en outre suggère par une remontée des sujets non-exprimés qu’il se passe quelque chose à la fin du 14e siècle ; c’est ce que montre cette autre illustration (fig.3), qui compare les données littéraires de Marchello-Nizia (2018) à celles des coutumiers, où le pic de 1400 est plus nettement perceptible.

Fig. 3. Fréquence (en %) de la non-expression du sujet dans Marchello-Nizia (2018) et les textes coutumiers

Mais aux côtés de ces différences, le corpus ConDÉ permet également de vérifier et de stabiliser certaines hypothèses. Notamment, nous avons examiné l’emploi de la personne grammaticale dans la mesure où, à travers les langues, les première et deuxième personnes manifestent le sujet obligatoire plus souvent et plus tôt que la troisième personne (Camacho 2013 : 34). Il n’en va pas différemment des textes coutumiers, qui sont à cet égard comme les textes littéraires, ainsi que le montre la figure 1 de Prévost, avec à nouveau un changement inattendu à la fin du 14e siècle.

Fig.4. Expression (en nombre d’occurrences) du sujet pronominal dans les textes coutumiers, selon la personne.

Si on ne peut pas encore dire pourquoi ce changement a lieu, la progressions de ce changement peut fructueusement être suivie dans le corpus ConDÉ. À cause de son homogénéité, il donne une meilleure idée des taux d’emplois. Les courbes plus régulières qu’il atteste permettent de mieux situer les chronologies. En particulier, on y voit clairement autour de 1400 une inversion dans le déclin du sujet non-exprimé. Cela amène néanmoins à se demander s’il s’agit d’une simple mode dans la pratique de l’écrit, ou s’il s’agit d’un changement provoqué par une période de transition du système linguistique. La recherche avance, même si la réponse à cette question nous échappe encore… C’est néanmoins ce genre de questions fondamentales pour l’histoire du français que permet de poser, et à terme de résoudre, le corpus de la coutume de Normandie.


Bibliographie indicative :

Camacho, José A. 2013. Null subjects. Cambridge: Cambridge University Press.

Goux, Mathieu et Pierre Larrivée. 2020. Expression et position du sujet en ancien français : le rôle de la personne pronominale. Congrès Mondial de Linguistique Française 2020. SHS Web of Conferences. 

Marchello-Nizia, Christiane. 2018. De SO à SV : Vers le sujet obligatoire et antéposé en français, les dernières phases d’un changement. Journal of French Language Studies, 28, p. 1-19.

Prévost, Sophie. 2015. Diachronie du français et linguistique de corpus : une approche quantitative renouvelée. Langages, 197, p. 23-45. Disponible en ligne sur <https://www.cairn.info/revue-langages-2015-1-page-23.htm>.


[1] On appelle les langues dans lesquelles le pronom sujet n’est pas obligatoire des langues pro-drop. Le français est la seule langue romane majeure (soit, issue du latin), à ne pas l’être, ce qui ne peut qu’étonner et ce qui a été à l’origine d’un très grand nombre de publications sur la question.

[2] Vous pouvez télécharger gratuitement la version .pdf de notre travail à cette adresse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search