Manuscrits et numérique : ces deux mondes que l’on oppose

« Humaniste numérique » est une traduction littérale de l’anglais digital humanist. Si Digital Humanities, la discipline, est à présent un terme familier, le nom du métier associé reste encore peu usité. Il est cependant adopté par certain·e·s de celleux qui exercent ce métier aux multiples facettes. En effet, nos formations hybrides font de nous des touche-à-tout se spécialisant au fur et à mesure des postes et expériences. Le domaine est en effet vaste : programmation, traitement automatique de la langue, gestion des données, création de sites web, etc., et les applications sont nombreuses, qu’elles soient pour des institutions patrimoniales, pour la recherche ou de plus en plus dans des entreprises privées.

L’humaniste numérique qui entre dans une bibliothèque pour y rencontrer son corpus n’est pas dépaysé·e. Iel a appris à repenser son approche des témoins et non pas à les délaisser. Le corpus est, pour ellui tout autant que pour des philologues ou historien·ne·s, le point de départ de sa démarche. Le numérique nous offre la possibilité de voir notre corpus d’un point de vue nouveau : revenir à l’essence d’un texte, à une structure logique et non plus formelle, tout en étant capable de représenter son support originel très fidèlement. Les techniques d’encodage permettent en effet de s’affranchir des exigences du codex qui depuis longtemps conditionne notre manière de décrire et éditer les témoins anciens. Elles permettent également de choisir, au moment de l’affichage, les éléments utiles selon le contexte. La richesse des informations ne dépend donc plus que de l’humaniste, de sa formation, de ses buts et du temps qu’on lui accorde. La forme visuelle de son édition ne dépendra plus, quant à elle, que d’un tri des informations au moment de l’affichage.

Par leur réalisation, par les traces laissées au fil du temps par ses lecteurs, par les décisions prises par ses propriétaires successifs, chaque manuscrit, chaque exemplaire imprimé est unique. La production numérique découlant de lui le sera tout autant. Il y a une myriade de manières de rendre un témoin papier en numérique et cela dépend tout à la fois, comme nous le disions plus haut, de l’usage que l’on souhaite en faire, du public visé, des exécutant·e·s… Mais quoi qu’on décide a posteriori, le point de départ reste ce volume que l’on vient consulter et qui présente tant de possibilités.

Image de gauche : Très Ancien Coutumier (B.S.G. ms. 1743, pages 204-205).

Image de droite : Coutume de Normandie et manuel d’Estienne Lesauvage (B.n.F., ms. fr. 5330, fol. 17, verso, détail).

Notre corpus manuscrit parisien

J’ai donc eu le plaisir de revenir sur Paris le mois dernier pour rencontrer ces deux témoins :

Mon but était de prendre des clichés, avec l’accord des deux institutions, nous permettant de travailler le plus possible à distance sur des supports centenaires, afin de limiter le nombre de manipulations (but premier de toute numérisation) de matériaux anciens et donc fragiles. Rappelons cependant que, contrairement aux idées préconçues, un manuscrit médiéval est un support de conservation bien plus pérenne que les supports numériques, lesquels dépendent de facteurs évoluant sans arrêt et très rapidement : logiciels, formats, matériel… Le manuscrit, correctement conservé, n’a pas besoin d’être muté d’un serveur à l’autre, d’un disque dur à l’autre, d’un format à l’autre. Sept siècles après l’écriture, avec un peu d’entraînement, l’œil déchiffre le Très Ancien Coutumier. Sans le logiciel nécessaire, il est incapable de décoder un format obsolète.

Le Très Ancien Coutumier n’est pas encore numérisé et le photographier était donc nécessaire. Le microfilm du manuel d’Estienne Lesauvage, quant à lui, a été numérisé et rendu disponible sur Gallica. Ce microfilm a l’avantage d’avoir été réalisé avec un matériel professionnel mais il est en noir et blanc et contrasté. Si les encres noires ressortent parfaitement, cela rend les encres brune et rouge bien moins lisibles. Les photographies en couleur nous permettront de mieux lire le texte plus clair et, peut-être également, de repérer quelques détails invisibles sur les images issues du microfilm.

Image de gauche : Coutume de Normandie et manuel d’Estienne Lesauvage (B.n.F., ms. fr. 5330, fol. 16, verso).

Image de droite : Très Ancien Coutumier (B.S.G. ms. 1743, page 267).

Photographier un livre ancien

Toute personne qui a déjà consulté un livre ancien connaît les fameux futons, rouleaux de tissu permettant de ménager la reliure en évitant de la poser à plat. Ces ouvrages peuvent en effet être fragiles et, si la reliure résiste, il ne faut pas la forcer à s’ouvrir plus, au risque de l’endommager. Cela signifie qu’il est impossible de scanner un tel livre, de le mettre à plat. Pour effectuer mon travail, j’ai donc dû prendre une photographie par face et non par double-page. La contrainte est également physique : pour obtenir un cliché sans déformation, j’ai dû changer d’angle selon que je photographiais un recto ou un verso afin de positionner mon appareil le plus parallèle possible à la page.

Je tiens tout de même à rappeler que ces clichés sont des clichés amateurs. Toute la bonne volonté, toutes les précautions du monde ne peuvent remplacer un équipement professionnel spécifique extrêmement coûteux que je n’avais pas à disposition. J’ai donc pris des photographies de travail, de manière à les rendre exploitables et les plus fiables possible.

Étant donné la régularité des écritures, si la définition est assez grande, je pourrai tenter d’entraîner puis exécuter un logiciel d’HTR (Handwritten Text Recognition : reconnaissance de caractères manuscrits), après manipulation des clichés : recadrage et binarisation, surtout. Il s’agit de recontraster et convertir l’image en noir et blanc. Cela permet en effet de rendre le travail de reconnaissance automatique plus fiable en réduisant le « bruit », c’est-à-dire tout ce qui, sur l’image, n’est pas une lettre mais qui peut être pris pour un caractère par la machine, ou en déformer un : variation de lumière, altération du papier, ombre, poussière… La binarisation permet de ne garder que ce qui contraste le plus avec le blanc de la page, c’est-à-dire majoritairement les caractères eux-mêmes.

Ces photographies ne sont donc qu’une étape initiale du travail que nous effectuons sur le corpus. Mais la rencontre avec ces manuscrits est toujours un plaisir pour qui a tracé son parcours d’études dans le but d’en côtoyer et de les servir et s’émerveille toujours de la variété et de la régularité du travail des scribes.

Créer un avatar numérique d’un manuscrit, ce n’est ni le copier, ni le remplacer. C’est d’abord chercher à le comprendre, en extraire le texte et l’abstraire des contraintes codicologiques afin de tirer au mieux parti de ce que nous offre le numérique. Rencontrer le manuscrit est un moyen de le comprendre mais également de se souvenir que l’on n’est pas ici pour le remplacer. Le numérique se superpose au support premier pour permettre une utilisation et une compréhension différente du texte. Comparez un sommaire listant des pages et un lien hypertexte : même fonction, outil différent, usage différent. On peut utiliser un support numérique bien formé pour de la recherche automatique. Mais l’étude du manuscrit restera toujours essentielle pour la compréhension totale du texte et de sa finalité originelle.

Image : Très Ancien Coutumier (B.S.G. ms. 1743, page 316).

Photographies prises aux Bibliothèques nationale de France et Sainte-Geneviève (Paris) les 07 et 08 février 2019 par Morgane Pica, exposées avec l’autorisation des B.S.G. et B.n.F


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search